Publié le

Ocean of Love

le photographe du Bassin d'Arcachon Stéphane Scotto a photographié un coeur géant formé par l'écume dans les vagues

…27 ans après la photo emblématique du Coeur de Voh par Yann Arthus Bertrand

 

Le dimanche 15 octobre, après un vol d’une heure au dessus du Lac de Cazaux afin de réaliser des nouvelles photos aériennes pour mon prochain livre « Une Autre Planète », je décide de demander à Olivier, le pilote, de faire un détour par les plages océanes avant de rentrer à l’aérodrome. C’est la fin de l’été indien, il fait beau et chaud, je sais que les plages sont bondées et qu’il y a une très belle houle propice au surf. Pour moi c’est donc une dernière occasion avant l’arrivée de l’hiver de photographier des humains, de jouer avec les couleurs des parasols et des serviettes et de photographier des surfeurs dans de belles vagues.

Nous survolons donc la forêt, arrivons au dessus de la plage de la Salie Nord et je demande aussitôt au pilote d’aller un peu vers le large pour faire un arrondis et revenir sur le spot de surf pour que je sois du bon côté. C’est à cet instant, que devant mes yeux apparaît ce magnifique coeur géant formé par l’écume sur une houle parfaite. Je ne réfléchis pas, je n’ai même pas le temps de m’étonner, je vise, je déclenche. Une, deux, trois… quatre photos, c’est tout ce que je peux faire avant que le coeur ne disparaisse, disloqué par les vagues. Heureusement j’avais la bonne optique (le 120 mm) monté sur mon appareil moyen format Pentax 645Z de 50 Millions de pixels. L’occasion pour moi de vous rappeler que je ne travaille qu’avec 3 optiques fixes de grande qualité dont deux sont à mise au point manuelle (c’est le cas du 120 mm qui a servi à faire cette photographie).

à l'intérieur de l'ULM avec le photographe du Bassin d'Arcachon Stéphane Scotto

Afin de couper court à toute polémique concernant l’authenticité de ce coeur parfait, j’ai mis en ligne la vidéo embarquée dans l’ULM dans laquelle on voit parfaitement le coeur apparaître devant moi. (visible sur ce lien).

Ainsi j’apporte la preuve irréfutable que ce coeur est bien réel et que je ne l’ai pas fabriqué sur photoshop!

Jeudi dernier j’ai donc décidé de publier cette photo sur mon compte instagram. Le lendemain matin, la rédaction du journal Sud Ouest me proposait de faire un papier dessus ce que j’ai accepté sous la condition que la vidéo soit également diffusée afin de couper court aux éventuelles polémiques que cette photo aurait pu générer. Une fois publiée sur le site de Sud Ouest, l’article a été repris par d’autres sites d’informations tels que Le Parisien, 20 minutes , Europe1 , BFM TV, Disney Nature, SFR,  le site belge DHNET ou encore le site Positiv.fr , sans oublier le site d’information locale Info Bassin. Il y aura certainement d’autres publications dans les jours à venir et peut-être que cette photo fera le tour du Monde… qui sait.

Cette anecdote me rappelle qu’il y a 5 ans, lors d’un vol avec le pilote d’ULM Michel Boudigues, j’avais déjà réalisé la photo d’un coeur cette fois-ci formé par le sable au Banc d’Arguin. Un reportage signé Frédéric Maurice avait été réalisé pour l’émission de France 3 « Météo à la Carte » (visible sur ce lien)

Un coeur formé par le sable au Banc d'Arguin photographié par Stéphane Scotto

Alors ? la Nature se sert-elle parfois des photographes comme messagers afin de nous envoyer à tous un message d’amour et de respect ? Rien ne nous interdit d’y croire en tous cas et de faire de notre mieux pour la respecter et la protéger.

Car ne l’oublions pas : à quelques centaines de mètres de ces deux coeurs, il y a le Wharf de la Salie qui déverse chaque jour dans l’océan 50 000 m3 d’eaux usées provenant des 147 000 habitants du Bassin, des résidus chimiques et médicamenteux contenus dans leurs urines ainsi que les rejets de l’usine de papier Smurfit Kappa… pas de quoi se réjouir quand on sait que la population du Bassin est en train d’exploser du fait de l’urbanisation exponentielle.

Je ne pouvais pas ne pas le rappeler.

Le Wharf de la Salie rejette chaque jour dans l'océan 50 000 m3 d'eaux usées