Publié le

Nouvelle collection « Eté Indien 2017 »

Cette année l’été indien m’a donné du fil à retordre. Avec le réchauffement climatique, ce n’est plus comme avant. Finit la belle époque ou la douceur s’installait sur le Bassin pendant plusieurs semaines avec son lot de lumières extravagantes et ses conditions parfaites pour sublimer les paysages du Bassin. La magie est encore là mais les instants sont plus rares et il me faut guetter le ciel en permanence et être prêt à sauter sur la moindre occasion pour pouvoir réussir quelques photographies originales.

C’est ainsi que j’ai consacré tout mon temps en octobre. Ceux qui suivent mes petites aventures photographiques sur mon compte instagram se souviendront certainement de ces publications mises en lignes parfois en direct 😉 :

Bien sûr, après presque vingt années à photographier le Bassin il n’est pas question de se répéter. Il me faut constamment me renouveler et explorer de nouvelles pistes. J’ai donc poursuivi ma série « Milky Way » et je suis allé plusieurs fois en haut de la Dune du Pilat pour capter la voie lactée au dessus de notre « petit sahara ».

Pour réussir ce type de photograpies il faut réunir plusieurs conditions :

– le moins de pollution lumineuse possible, donc de préférence une nuit sans Lune

– un ciel parfaitement dégagé, pas trop de vent, pas trop froid (car ce sont de longues heures d’attente)

– et bien sûr, il faut que la voie lactée soit au rendez-vous

Lorsque ces conditions sont réunies je peux espérer capter quelque chose. J’utilise une application « carte du ciel » sur mon smartphone pour voir où se trouve exactement la voie lactée puis je réalise ma composition. Dans la nuit, pour les réglages et notamment la mise au point, il faut y aller à « tatons ». En général je suis obligé de superposer plusieurs photos avec plusieurs temps d’exposition. La très haute sensibilité du capteur de mon boitier moyen format numérique me permet de récupérer des informations non visibles à l’oeil nu qu’il ne me reste plus qu’à traiter à l’étalonnage par la suite. Vous l’aurez compris ce type de photo nécessite beaucoup, mais alors vraiment beaucoup de travail et de patience. J’espère que le résultat vous plaira.

J’ai aussi souhaité réaliser quelques photographies N&B qui sont disponibles en formats carrés, du 60×60 au 100×100. J’ai cherché à me rapprocher du style de l’un de mes mentors : le photographe Raymond Depardon, qui utilisait beaucoup le film Kodak TriX400 dans ses prises de vues de paysages. Ce sont des images très contrastées avec du vignetage et un peu de grain.

Je vous propose également trois nouveaux panoramiques dont une vue absolument magique réalisée au moment de l’heure bleue au Banc d’Arguin que j’ai intitulé « Le Paradis Bleu » . Là encore, je tiens à préciser qu’une telle photo ne s’improvise pas.  A ce panoramique d’une netteté absolue s’ajoute une vue prise sur le sentier du littoral au niveau du Port de Meyran et une nouvelle photo de la Conche du Mimbeau aux couleurs douces et reposantes.

Quant aux prises de vues aériennes, j’ai décidé de n’en dévoiler qu’une infime partie puisqu’elles sont avant tout destinées à composer mon prochain livre « Une Autre Planète » qui sortira avant l’été prochain. Bien entendu, il y a « Ocean of Love » cette fameuse photo du coeur parfait formé par l’écume des vagues que j’ai choisi de ne pas limiter à 30 exemplaires afin de pouvoir vous la proposer dans des petits formats plus accessibles tels que  24×30 (29€), 40×50 (49€), mais aussi 60×80 (189€) et jusqu’à 1m25 x 1m65 !

Toutes ces nouveautés sont dès à présent disponibles sur mon site (rubrique « Eté Indien 2017) dans tous les formats et supports avec une livraison directement chez vous. Concernant la Galerie de la Hume, les tirages sont en cours au laboratoire photo et je devrai les recevoir à la Galerie avant le 15 décembre. Attention, je n’ai commandé qu’un seul exemplaire par photo. Premiers arrivés, premiers servis 😉